1999-2000 : Lots 0 et 1 - démolitions, dégagement, pieux et fondations

1999-2000 : Lot 0 - Démolitions et dégagement du site des Guillemins

L’objectif de ces premiers travaux était de dégager le site et de le préparer pour construire le nouveau bâtiment des voyageurs.

Les opérations suivantes ont été réalisées :

  • Démontage de diverses installations ferroviaires ;
  • Démolition de divers bâtiments (annexes au bâtiment des voyageurs, immeubles expropriés rue Varin) ;

2000 : Lot 1 - Pieux et fondations de la nouvelle gare de Liège

Les travaux étaient de triple nature :

  • Pieux de fondation ;
  • Terrassements et travaux routiers ;
  • Egouttage.

Les pieux de fondation (171) ont été forés en vue de la construction des trois premiers quais. Coulés en béton, d'un diamètre de 90 cm, leur longueur varie de 13 à 17 m.

Essais de pieux : une vérification "grandeur nature"

En raison du contexte géotechnique particulier du site, les pieux de fondation ont fait l'objet d'un contrôle de qualité très strict.

Indispensable dans le cadre d'un ouvrage de l'importance de la gare des Guillemins, ce contrôle avait un double objectif :

  • vérifier l'intégrité du fût, sa continuité,
  • tester la qualité du contact pieu/sol à la pointe.

Les sols sur le site des Guillemins sont complexes. Il s'agit de schistes houillers difficiles à travailler et dont on connaissait mal la réponse vis-à-vis des charges qui allaient être appliquées.

Pour procéder aux essais, deux pieux avaient été choisis car ils se situaient dans la partie la plus délicate de ce schiste. Ils ont été soumis à des charges allant jusqu'à 600 tonnes, appliquées progressivement, par palier, grâce à une instrumentation spécifique, l'extensomètre amovible. Les pieux ont ainsi été mis sous observation continue pendant une douzaine d'heures afin d'analyser leur comportement : enfoncement de la tête et déformation du fût. Les mesures recueillies sur chantier ont alors été interprétées à partir d'un programme spécifique. Les résultats ont été concluants puisque dans les deux cas, le comportement des pieux s'est révélé conforme aux hypothèses de travail.