Gare de Namur : Les lignes de forces du projet

Quatre pôles d'intervention pour mener à bien ce projet qui s'appuie sur deux éléments forts et de grande échelle: la gare des bus proprement dite et la rampe /passerelle haubanée qui permettra d'y accéder.

La gare des bus

La gare des bus implantée sur la toiture de la gare ferroviaire est un  bâtiment d'acier et de verre de près de 5000 m². Elle s'inscrit dans un espace de quelque 11 000 m² délimité par la dalle de couverture de la gare.

Elle accueillera 25 lignes de bus périurbains tout en offrant des potentialités de réserve qui permettront d'absorber l'accroissement de la clientèle. Actuellement, celle-ci est estimée à 12 000 voyageurs par jour scolaire et on chiffre à 700 le nombre de mouvements journaliers sur la future rampe. 

   

Aux quais formant le pourtour du bâtiment central viennent s'ajouter deux quais latéraux destinés à gérer le surplus de trafic aux heures de pointes. Ainsi structuré, l'espace permet une circulation fluide pour les bus comme pour les piétons. L'espace central couvert d'un auvent est doté d'un système de ventelles coulissantes.  La toiture est équipée de cellules photovoltaïques qui permettront de couvrir la consommation énergétique du nouveau bâtiment.  Ce nouvel espace d'attente fonctionnel, confortable et lumineux hébergera des services et des bureaux du TEC. Il est conçu de manière à favoriser la connexion verticale et le lien visuel entre la gare des bus et le centre de voyage de la gare ferroviaire, y  maintenant par conséquent un éclairage naturel.

La gare des bus sera accessible par trois ascenseurs et par de nouveaux escalators et de nouveaux escaliers  qui la relieront à la gare ferroviaire.

Afin d'unifier le bâtiment qui surplombe les voies, une façade de verre blanc sérigraphié couvrira son pourtour et portera sur deux faces l'inscription "Namur".

La rampe et la passerelle haubanée

La rampe et la passerelle haubanée constituent l'autre point fort du projet. Les bus l'abordent au départ du carrefour Léopold, parallèlement à la rue "Sous-le-Pont". D'une longueur de 280 m, large de 8,1 m la liaison reprend une différence de niveau de 10 m, soit une pente de 4%. Sur les 200 premiers mètres, la rampe longe le parking Léopold puis s'en détache, devient passerelle et enjambe la rue en s'infléchissant doucement vers la plate-forme supérieure de la gare. Rampe et passerelle ne seront pas accessibles aux piétons. Le nouvel ouvrage (la rampe) est conçu comme une façade ajourée le long du parking Léopold; celle-ci est constituée de colonnes porteuses en béton architectonique blanc.

Le tablier de la passerelle sera porté par douze haubans tendus sur un mât haut de 50 m. Celui-ci signalera le pôle multimodal et symbolisera l'une des portes d'entrée dans la ville de Namur.

Le dessous de la passerelle, visible principalement  par les piétons et les automobilistes, sera particulièrement soigné.

 

Le réaménagement de l'aile Chiny

Cette aile qui était devenue inexploitée va retrouver une affectation précise. Afin de donner une identité aux deux pôles de la gare multimodale, l'entrée centrale de la gare restera l'accès privilégié à la gare ferroviaire tandis que l'aile Chiny sera la porte d'entrée privilégiée à la gare des bus.

Quel que soit l'accès emprunté cependant, les connexions établies au sein du bâtiment permettront bien sûr toutes les circulations.

Le carrefour Léopold et le pont de Louvain

Le réaménagement de cette zone :

  • Permettra une insertion aisée des bus dans la circulation ;
  • Contribuera à reporter le trafic de transit sur les boulevards de ceinture conformément aux prescriptions du plan communal de mobilité ;
  • Libérera de l'espace pour les modes doux ;
  • Créera un nouvel espace public attractif ;
  • Maintiendra un accès au parking Léopold et permettra l'intégration de nouveaux accès lors de développements futurs ;
  • Préservera les arbres existants.