Eurogare
pilier.jpg

Lot 3 : charpente métallique

 

2003-2007

En quittant les quais pour s'élever vers les passerelles, le béton fait place à l'acier.

Les pièces de ce formidable "Meccano" ont été fabriquées en atelier à La Coruña et livrées par camions ou bateaux.
Leur assemblage constitue une véritable prouesse technique tant l'ouvrage est complexe et les conditions de sa réalisation particulières.

Initialement, la voûte devait être mise en place selon une technique classique mais très contraignante, tant pour le fonctionnement de la gare que pour les entreprises. La technique du poussage finalement adoptée a permis d'assembler progressivement la structure hors du domaine ferroviaire avec, à la clé, moins de contraintes pour l'exploitation du site et une plus grande liberté d'action pour la poursuite des travaux.

La légèreté et l'élégance de 10 000 tonnes d'acier.

La charpente métallique est constituée de 4 éléments :

  • les passerelles
  • la voûte
  • les auvents
  • les abris de quais

Pour en vérifier la stabilité et la résistance, deux modèles réduits ont été soumis à des essais en soufflerie.

Nouveau document

Les passerelles

Larges de plus de 14 mètres, les deux passerelles (3000 tonnes) sont distantes de 160 mètres et reposent à hauteur de chaque quai sur des appuis métalliques à 4 branches, les quadripodes.

La voûte

La voûte (3500 tonnes), large de 73 mètres, est constituée de 39 arcs équidistants d'un peu moins de 2 mètres qui prennent appui sur les passerelles. Transversalement, les arcs sont reliés par des poutres. Arcs et poutres forment le quadrillage de la voûte. Elle couvre environ 200 mètres de longueur et culmine à 35 mètres par rapport aux quais.

Les auvents

En forme de casquette, ils couvrent les entrées de la gare, côté ville (1400 tonnes) et côté colline (1100 tonnes).

Les abris de quais

Cinq abris de quais (1000 tonnes) prolongent la voûte sur une longueur de plus de 200 mètres pour les 3 quais longs et de plus de 150 mètres pour les 2 quais courts.

L'assemblage et la mise en place de la voûte : grâce au poussage, une plus grande liberté.

Le montage des passerelles et des arcs de la voûte a été réalisé par tranches longitudinales de près de 8 mètres de larges (5 arcs) assemblées sur la plate-forme de travail installée sur le premier quai, côté ville. Chaque ensemble - les tranches s'additionnant au fur et à mesure - a été progressivement poussé au dessus de l'infrastructure ferroviaire, vers la colline. Cette méthode a permis une utilisation optimale des voies et des quais durant les travaux

L'opération de poussage a été répétée 7 fois, de mai 2005 à juin 2006.

Nouveau document